GMK

Journaliste (très) sérieux, GMK a vécu sur trois continents avant d’échouer sur les rives du Léman. Il écoute de la musique depuis qu’il a des oreilles. Au bénéfice d’une culture classique, il s’est perverti au début des années 1990 avec Nirvana. Il en a conservé un goût prononcé pour le foutraque acide. Ses préférences vont au rock indé, aux indémodables tubes sixties, au jazz cool, au rap middle school East Coast, à l’électro chimique, au post-rock wagnérien, aux délires manouches et aux tablas indiens. Lui-même piètre musicien, GMK épargne à ses amis de chanter. Ils lui en sont reconnaissants.