A l’école de la manipulation

mercredi 16 mai 2012, par Manuela Giroud

Enregistrer au format PDF

« Classiques en stock » s’intéresse pour une fois à un film français, « Les diaboliques », adapté d’un roman de Boileau et Narcejac.

JPEG - 54.7 ko
Simone Signoret en personnage diabolique, un régal. DR

« Les diaboliques », de Henri-Georges Clouzot (France, 1955), avec Simone Signoret, Paul Meurisse, Véra Clouzot.

L’intrigue

Directeur d’une « institution pour jeunes gens », Michel Delasalle (P. Meurisse) se montre aussi odieux avec son épouse Christina (V. Clouzot) qu’avec sa maîtresse attitrée, Nicole (S. Signoret), enseignante dans l’établissement. Les deux femmes sont amies, et Nicole persuade Christina de supprimer son mari. Après lui avoir fait boire un soporifique, elles le noient dans une baignoire avant de jeter le corps dans la piscine de l’école. Mais le cadavre ne remonte pas à la surface et, bientôt, des signes laissent croire que Michel est toujours vivant.

L’anecdote

Parmi les élèves du pensionnat se trouve un certain Jean-Philippe Smet. Agé de 12 ans à l’époque, le futur Johnny Hallyday fait ses premiers pas devant une caméra, une figuration non créditée au générique. A noter aussi la participation de Michel Serrault, alors débutant au cinéma.

Bonus

S’il ne possède ni la profondeur ni la perfection formelle du « Corbeau », réalisé une dizaine d’années auparavant par Clouzot, « Les diaboliques » n’en reste pas moins une intéressante variation autour de la manipulation, doublé d’un suspense efficace. Le cinéaste, qui adopte un style tout de froideur et de sobriété (sauf dans la toute fin), parvient à rendre attachant le personnage de Christina, interprété par sa propre épouse, qui apparaît comme la véritable victime de cette histoire. Avec un sens aigu de ce qu’on n’appelait pas encore marketing dans les années 50, le réalisateur demandait aux spectateurs de ne pas dévoiler le dénouement du film. Autre recommandation : préférez l’original à la copie, le navrant « Diabolique » sorti en 1996, avec Sharon Stone et Isabelle Adjani, reprenant respectivement les rôles de Simone Signoret et Véra Clouzot, sans évidemment les égaler.

Ce film est disponible à la location auprès de la Médiathèque-Valais.

Répondre à cet article