Paléo : Iggy réussit son effet

mardi 20 juillet 2010, par Cécile Gavlak

Enregistrer au format PDF

C’est fait. Le Paléo festival a débuté hier soir, avec son flot de spectateurs valaisans qui peuvent s’y rendre grâce à des navettes organisées par le TCS (www.tcs.ch ). Coup d’envoi : le concert d’Iggy Pop sur la Grande scène.

JPEG - 61.5 ko
Robert Matheu

Un concert attendu pour une prestation peu surprenante. Hier soir, le public de Paléo s’est défoulé sur les tubes du roi du punk, accompagné de ses Stooges. Dès les premières chansons, l’icône du mouvement punk a fait monter une vingtaine de spectateurs sur scène. Des ados et des post-ados se sont retrouvés fiers d’exhiber leur torse aux côtés du grand Iggy. La star aussi exhibait son torse, mais il n’est pas allé jusqu’à se dénuder comme l’attendait son public. Tendant ses majeurs à tout vent en signe de protestation, serrant dans ses dents le fil du micro avec des postures animales. Punk, résolument punk. Devant lui, s’agitait un public de jeunes et de moins jeunes (à l’image de ses musiciens, qui ne suivaient pas l’énergie du chanteur).

Le concert a commencé sous le soleil couchant. Une fois l’astre disparu, le ton est devenu plus Seventies, et le chanteur s’est mis à casser le pied du micro, a faire des gestes obsènes. Dans cette lumière du soir, la vidéo prenait des teintes d’archives. Caméras auxquelles Iggy Pop sait comment parler, sur des grands classiques comme « I Wanna Be Your Dog ». Un personnage médiatique comme il se doit. Parole de festivalier : « un concert d’Iggy Pop, c’est finalement comme en vidéo… ». Si le dernier album d’Iggy Pop, intitulé « Préliminaires », débute par le morceau ironiquement romantique « Les Feuilles mortes », standard qui fut interprété entre autres par Yves Montand, c’est dans un tout autre registre que celui qui est surnommé « l’Iguane » s’est produit hier soir.

Répondre à cet article