La Fontaine, version humour décalé

mercredi 16 mai 2012, par Gilles d’Andrès

Enregistrer au format PDF

Le spectacle « Le Fabuleux La Fontaine » créé par le Ka-Têt du Teatro Comico de Sion en 2008 est à redécouvrir ce soir. Une deuxième version qui séduit et met en avant une belle performance du trio humoristique.

JPEG - 409.7 ko
Dans la nouvelle version du « Fabuleux La Fontaine » jeu des acteurs est très riche, d’autant plus que ceux-ci ne sont plus que trois sur scène. Photo Pierre-Marie Epiney.

Il y a le corbeau et le renard bien sûr, le lièvre et la tortue, le loup et l’agneau, sans oublier le chêne et le roseau, le pot de terre et le pot de fer et des fables plus humaines comme le trésor et les deux hommes ou la mort et le mourant. Au rythme des croustillantes aventures de La Fontaine, les acteurs se déchaînent sur scène. Chaque histoire est illustrée par un nouveau jeu comique : théâtre d’objets, de masques, mais aussi adaptations du texte, fables chantées, mimées, résuscitées dans d’infinies variations vocales et gestuelles. Les comédiens s’appliquent à donner vie aux vers de La Fontaine tout en laissant la plupart du temps intacte la prose du poète. Ils s’amusent sans limites avec la transposition de l’action sur scène, se délectent de la morale des fables, créent toute une gamme de double sens, et soignent constamment le décalage entre le texte et l’action pour faire naître le comique. Fort de plus d’une centaine de représentations à travers la Suisse romande, « Le Fabuleux La Fontaine » reste de loin la pièce la plus jouée par la troupe. Mais le spectacle a été entièrement revu, adapté. Certains de ses éléments ont été abandonnés et de nouveaux ont fait leur apparition.

Un trio qui bouge

Dans la première version, la pièce reposait d’avantage sur les accessoires et les marionnettes. Et, surtout, elle était jouée par cinq comédiens. Ici tout a été repensé pour n’accueillir que trois acteurs, à savoir Pierre-Pascal Nanchen, Ingrid et Bernard Sartoretti, qui se sont distribués les rôles et les répliques de leurs compagnons. Un travail de colosse pour une pièce qui, en un peu plus d’une heure, propose des dizaines de personnages différents dont la voix, la démarche et le caractère n’ont pour la plupart rien en commun. Les trois comédiens passent leur temps à disparaître derrière le décor de toiles blanches et à resurgir quelques secondes plus tard d’un coin de la scène sous les traits tantôt d’une grenouille vaniteuse, d’un lièvre mort de peur ou d’un vieux cormoran affamé. Certains diront que les acteurs connaissent la pièce depuis 4 ans, mais cette capacité à enchaîner les petits rôles, par ailleurs plus vivants les uns que les autres, reste impressionnante. La performance est saluable, l’action dynamique et le résultat, lui, très drôle. Mais ça, ceux qui ont vu la première version du spectacle le savaient déjà.

À voir ce soir samedi 14 avril dès 20h30 au Teatro Comico de Sion. La nouvelle pièce du Ka-Têt, « Histrions ! », sera elle jouée du 19 au 21 avril prochain aux mêmes heures.

Répondre à cet article