Philippe de Marchi licencié !

lundi 8 novembre 2010, par Marie Parvex

Enregistrer au format PDF

Le directeur du théâtre des Halles à Sierre a été licencié avec effet immédiat vendredi dernier par l’association en charge de la gestion de l’établissement. La situation était devenue intenable depuis que la commune a décidé en août de reprendre la gestion du théâtre. Réactions.

JPEG - 247.9 ko
Les Halles

L’Association ATOUT-Les halles a licencié avec effet immédiat le directeur du théâtre sierrois vendredi soir. « Suite à la décision de la commune de reprendre la gestion des Halles dès 2012, l’ambiance de travail s’est considérablement dégradée », explique Christian Balet, membre du comité directeur de l’association qui gère le théâtre. « Le personnel ne sait pas ce qui va lui arriver et, au niveau de la commune, on nous a clairement fait comprendre qu’on voulait la tête de Philippe de Marchi. J’imagine que ces animosités émanent du service de la culture. » Des difficultés de communication entre les différentes instances et le caractère entier du directeur, voilà les ingrédients d’un naufrage. « Nous sommes très déçus de la tournure des événements », déplore Christian Balet.

Une décision brutale

Renoncer à ce directeur c’est donc d’une certaine manière, tenter de préserver les postes de travail actuels. « Visiblement, l’association se retourne contre lui pour tenter de garder un pied aux Halles » estime Michaël Abbet, l’un des co-directeurs du Petithéâtre de Sion. « Je suis choqué. Philippe de Marchis a toujours défendu l’association. Tout cela se passe d’une manière particulièrement brutale ! Nous espérions tous une passation en douceur après l’annonce de la Ville. Il est déplorable que cela n’ait pas été possible. » » Cette opinion est partagée par Christian Balet. « Philippe de Marchi se bat depuis onze ans pour ce théâtre. Depuis des années, nous demandons un soutien supplémentaire pour avoir un technicien à plein temps. Mais toute discussion était bloquée avec la commune. Soudainement, elle décide de communaliser le théâtre (ndlr. décision prise cet été), reprend notre idée d’un centre de création comme si cela était la panacée et augmente les budgets. Cela n’était plus tenable, nous avons été obligés de prendre cette décision. L’équipe faisait un nombre incroyable d’heures supplémentaires non rémunérées dans une ambiance particulièrement difficile. » Le comité directeur de l’association a aussi décidé de démissionner à la fin juin. D’ici là, le théâtre fonctionnera sans directeur.

Un travail reconnu pour sa qualité

Du côté de la commune, on réfute complètement avoir jamais voulu la tête de quiconque. « Nous n’avons jamais dit que nous ne voulions pas réengager le personnel en place », affirme François Genoud, président de Sierre. « Philippe de Marchi aurait pu postuler comme n’importe qui. »

La décision de municipaliser le théâtre a été prise sur la base d’un audit effectué par une personne extérieure au canton. Pour l’essentiel, ce dernier reconnaît largement la qualité du travail du directeur licencié. Il souligne le mauvais choix de la couleur sombre du site internet du théâtre, ainsi que des difficultés à concilier le mandat de programmation professionnelle et celui d’accueil des sociétés locales que la commune a confié à l’association ATOUT-Les halles. Il souligne également des conflits personnels entre certains Sierrois et Philippe de Marchi, arguant que pour redémarrer sur de nouvelles bases il faut probablement changer de personne. « Que la Ville de Sierre souhaite donner au théâtre des Halles une dimension municipale au rayonnement cantonal est incontestablement une bonne chose, quand bien même cela aurait pu être fait il y a longtemps » estime Michaël Abbet. « Un des problèmes c’est que l’augmentation de budget prévue par la municipalité risque d’être entièrement avalée par cette nouvelle situation : on reproche à Philippe de Marchi d’être au four et au moulin, or il faudra probablement un meunier et un boulanger pour pallier son absence. De même, se priver de l’association et de tous ses bénévoles serait préjudiciable tant pour le lieu que pour sa fréquentation d’ici à 2012. »

Un label en question ?

« Le fait de se séparer de Philippe de Marchi fera perdre au théâtre son label ThéâtrePro accordé par le canton », affirme encore Christian Balet. Une manne financière qui soutenait les compagnies valaisannes en création au théâtre. Jacques Cordonier, chef du service de la culture, répond en ces termes : « le Théâtre des Halles à Sierre est et demeure au bénéfice du Label « ThéâtrePro Valais ». Si au terme d’une période d’observation, la Commission d’attribution du label devait constater que, suite à des changements importants tels que, par exemple, l’absence durable d’une direction professionnelle, les critères de reconnaissance n’étaient plus remplis elle pourrait suspendre ou retirer le label. Dans l’immédiat, nous souhaitons que le Théâtre des Halles puisse poursuivre son engagement dans les projets soutenus par ThéâtrePro et en développer de nouveaux. » Aujourd’hui, Philippe de Marchi n’était pas joignable. L’association devrait avoir rendez-vous prochainement avec la commune pour décider de l’avenir des postes de travail actuels et de l’éventuelle dissolution de l’association.

Répondre à cet article