« Sandrine était mon maître de peinture »

samedi 9 juin 2012, par Julie Liardet

Enregistrer au format PDF

La galerie du centre La Meunière à Collombey expose des œuvres communes d’artistes valaisans et de personnes handicapées mentales, tout autant artistes. Ces « couples » de créateurs proposent des œuvres éclatantes de sincérité.

JPEG - 462.3 ko
Sandrine et…

Jaune, orange, brun, les soleils se retrouvent dans beaucoup d’œuvres de Sandrine Jacquemin. Orange, brun, jaune, Laurence Bender a suivi le trait de sa coéquipière, essayé d’imiter sa légèreté et de se laisser aller. Celle-ci est peintre, celle-là est aussi artiste malgré son handicap mental. Ces « dames de cœur » exposent avec sept autres « couples » de créateurs à la galerie de La Meunière à Collombey, un centre de la Fondation valaisanne en faveur des personnes handicapées mentales (FOVAHM), jusqu’au 24 juin. L’exposition « Duos d’artistes » clos un cycle de 45 expositions d’artistes régionaux dans la galerie de l’institution, avant l’ouverture d’un espace à Martigny. Les œuvres sont éclatantes dans la galerie lumineuse, au centre de ce lieu de vie, qui veut ainsi s’ouvrir sur le monde et le laisser entrer. Laurence s’anime quand elle parle de cette expérience. « Sandrine était mon maître de peinture » annonce tout de suite l’artiste. « Il y avait de l’appréhension au départ et j’ai découvert son monde. Avec cette collaboration, nous nous sommes rencontrées » poursuit Laurence, qui a accueilli Sandrine une dizaine de fois dans son atelier, à Martigny. « Nous avons travaillé en miroir, en suivant le geste de Sandrine. Ça a permis de me libérer. La relation avec Sandrine a été simple, d’amour réciproque ». Christian Bidaud, le responsable de l’atelier artistique auquel participent les huit personnes handicapées, s’enthousiasme pour « l’ouverture et la générosité » de Laurence, qui s’est énormément investie dans cette aventure. L’éducateur et professeur de dessin dit l’importance de considérer ces personnes comme normales et de les intégrer dans la société. C’est toute la démarche de cette exposition.

Des rencontres particulières

JPEG - 429.3 ko
… Laurence, co-équipières en création. fovham

Aussi, dans son œuvre commune avec Alessio Morandini, inspirée de Brueghel, Jacques Glassey a placé cette réflexion : « Autiste, artiste, autriste ? Une lettre de différence ! Et alors ? Pas comme moi mais ensemble ». A côté, on trouve encore les boîtes à rêves de Jean-Marc Biollay et Martine Rouiller, suspendues dans l’espace comme dans le temps, abritant des feuilles de papier toilette, que Jean-Marc aime particulièrement. Et les sapins de Jean-Daniel Délitroz et Pierre-Yves Gabioud, que Jean-Daniel n’a pas eu le temps de finir, car l’homme est très minutieux. Christian Bidaud lui a demandé de noter la date au-dessous de l’œuvre. On peut y lire « 55 ans » : Jean-Daniel a pris l’expression régionale « on est de la date » au pied de la lettre et a inscrit son âge. Chaque « duo d’artistes » est une rencontre particulière. Ainsi Philippe Trombert n’a pas laissé Pierre-Alain Mauron travailler sur ses dessins, représentant invariablement les trois mêmes sujets : lui-même, une voiture ou une maison.

« Duos d’artistes », une exposition à voir jusqu’au 24 juin au centre La Meunière à Collombey. Tous les jours, de 14h à 18h.

L’atelier artistique

Ces huit personnes handicapées mentales participent à un atelier artistique proposé par la FOVAHM, au numéro 34 de la Grand-Rue de Saint-Maurice. Du lundi au vendredi, de 9 heures à 17 heures, les artistes dessinent, peignent et gravent. Christian Bidaud a mis en place le projet et s’occupe de l’atelier, qui s’ajoute aux nombreux autres, comme la menuiserie ou la boulangerie. Expression libre, travail de la technique, visites d’expositions et rencontres d’artistes sont au programme pour les participants. « On essaie de sortir de l’institution. Il ne faut pas réfléchir en terme de handicap d’abord » soutient Christian Bidaud, qui s’occupe par ailleurs de la promotion des huit artistes, dont les œuvres sont vendues, mais jamais avec l’étiquette « handicapé ». L’éducateur-professeur de dessin cherche notamment des lieux d’exposition. Christian Raboud a ainsi présenté ses œuvres à la Fondation Gianadda et Jean-Marc Biollay expose du 8 au 24 juin à la Galerie Minuscule à Vercorin. Mais finalement, qu’est-ce qu’un artiste ? Christian Bidaud évoque une citation de Sophie Mottet : « L’artiste, c’est celui qui arrive à toucher le cœur des gens ».

Répondre à cet article