Des bêtes en ciment dans un jardin alpin

dimanche 17 juin 2012, par José Collaud

Enregistrer au format PDF

Le sculpteur Zaric expose tout l’été entre les fleurs de Champex.

JPEG - 220.5 ko
Une vue de l’exposition avec un homme à tête de chien. ldd

La nature est l’écrin de l’art, mais pas n’importe quelle nature. Le sculpteur Zaric envahit cet été le jardin alpin de Champex. Il y introduit des animaux et des humains conçus à mi-chemin entre l’empailleur et le sculpteur de pierre. Sauf qu’il n’y a ni paille, ni pierre, mais du ciment. Ce qui semble être trois truites se promène comme autant de moutons dans la verdure, au milieu des 4000 fleurs que propose le jardin Flore-Alpe. C’est maintenant, à fin juin, qu’il faut s’y rendre pour admirer les stars horticoles, les sabots de Vénus fleuris et stoïques, les joubarbes comestibles, les asters commères et les gentianes au garde-à-vous quand passe la visite. Un petit tour à Champex n’a jamais fait de mal à personne. Au contraire, le bilan carbone de la région reste toujours très positif. La beauté du site vaut le détour pour un rush en pédalo ou une glace sur une terrasse. La nature rend joyeux et créatif, inventif et lyrique. Revenons donc à Nicolas Zaric, le sculpteur, né en 1961 à Martigny d’un père serbe et d’une mère suisse. Depuis une quinzaine d’années il expose régulièrement en Suisse et à l’étranger ses animaux si proches, si communs, mais auxquels ils donnent une dimension poétique, une âme pensive. C’est l’occasion de voir son œuvre dans son élément surréaliste, là où elle semble avoir poussé au milieu des fougères et des épilobes.

Expo jusqu’au 23 septembre. Ouvert tous les jours. Visite guidée sur demande. www.flore-alpe.ch

Répondre à cet article