L’Epiphanie de Vincent Fournier

dimanche 25 mars 2012, par François Praz

Enregistrer au format PDF

Il est inhabituel de se trouver confronté d’emblée à un univers artistique aussi abouti que celui que Vincent Fournier donne à voir dans cet espace du Grand-Pont. La raison en est simple : il n’a que rarement présenté ses créations et, lorsqu’il a franchi ce pas, il l’a fait en dehors des circuits habituels (voir plus bas). « Il est exact qu’il s’agit de ma première exposition dans le cadre d’une galerie entendue au sens traditionnel du terme. Je découvre ce mode de fonctionnement qui est nouveau pour moi. J’espère que cette expérience me permettra de faire découvrir mes créations à un nombre plus conséquent de personnes », explique, non sans humilité, Vincent Fournier qui vit par ailleurs non loin de là, dans une incroyable grange-maison à Saint-Léonard. Indépendamment de ces considérations, son évidente maturité lui permet d’évoluer avec aisance dans un univers graphique épuré qu’il structure à l’aide d’un vocabulaire volontairement condensé.

En visite

Sorte d’ex-voto profane, une paroi composée d’une cinquantaine de dessins et de peintures – certaines figuratives, d’autres abstraites – marque le début de cet itinéraire. Le jeu des textures, des motifs et des colorations produit des rythmes que l’on peut recomposer à sa guise. « Dans cette zone, vous découvrez par ailleurs des constructions géométriques dont les motifs s’inspirent des pavages de Jérusalem qui sont évoqués dans la Bible. On nomme ces dalles gabattha en hébreu », précise Vincent Fournier. Plus loin, des images de pietàs de style populaire récupérées chez Emmaüs sont recouvertes par des voiles de peinture qui les rendent presque indéchiffrables. Dans la seconde salle, un parcours en quatorze stations symbolisant un chemin de croix déploie ses étapes en suggérant d’en réaliser une lecture suivie. À l’extrémité de cette pièce, des peintures et dessins inspirés d’icônes traditionnelles de divers saints enrichissent cette exposition au titre détonnant : « Incline les cieux et descends ».

Foi et lumière

On l’aura deviné : chez Vincent Fournier, foi et art sont intimement liés. Fait notable, la connexion entre ces dimensions n’est cependant à aucun moment imposée au visiteur. Celui-ci peut tout à fait s’en détacher pour déambuler parmi ces oeuvres sans se plier à une interprétation orientée dans un sens ou un autre. Du point de vue des filiations stylistiques, on songe à un pan de l’expressionnisme abstrait où Marc Rothko côtoierait Barnett Newman en particulier. En substance, les oeuvres de Vincent Fournier se prêtent à plusieurs approches, laïques ou chrétiennes, qui cohabitent sous une forme apaisée. Assister à ce momentum dans la trajectoire naissante de cet artiste mérite que l’on s’y attarde.

Un parcours surprenant

Même si ce rappel risque de s’avérer redondant, on se souviendra que Vincent Fournier est un ancien footballeur professionnel. Il a évolué au FC Sion et au FC Zurich. Dans cette ville où l’art est omniprésent, il aimait, à l’issue des entraînements, partir à la découverte des musées et des galeries. Depuis son retour en Valais, il s’est consacré à la création. Fin 2010, il a exposé une sélection de ses pièces au couvent franciscain de Sion où, durant trois ans, il avait transformé une cellule monacale en atelier.

Auparavant, il y avait eu un étonnant travail d’éclairage de confessionnaux à l’église et dans le cloître de Saint-Maurice en 2008. Avant cela, en 2007, il avait proposé une vidéo, une installation sonore et une sculpture au sol à Monthey au coeur des piscines municipales laissées vides dès la fin de la saison des baignades. Plus tôt encore, en 2005, une présentation du même type avait eu lieu à la fabrique de draps à Sion. Si l’on ajoute à ces étapes une sculpture sous la forme d’une imposante pierre blanche au cimetière de Bramois et des interventions sur deux ronds-points situés à l’entrée est de Sion, on prend la mesure de l’originalité de la démarche de Vincent Fournier.

Site personnel : www.art-et-foi.ch

À découvrir à la Galerie de la Grande Fontaine 4, Rue de Savièse / Sion Du 24 mars au 21 avril Mer-ven : 14h30-18h30 Sam : 10h00-12h00 et 14h30-17h00

Répondre à cet article