Pour l’amour d’un doudou

mardi 13 avril 2010, par Cécile Gavlak

Enregistrer au format PDF

De vendredi 16 à dimanche 18 avril, le 10e Salon du livre de jeunesse se tiendra au Centre sportif et à la Médiathèque de Saint-Maurice. L’occasion de découvrir trois auteurs de littérature enfantine, invités pour la manifestation. Présentation.

JPEG - 87.4 ko
Auteur de plus de 60 ouvrages, Frédérick Mansot propose une exposition de ses planches. DR

Pour sa 10e édition, le Salon du livre de jeunesse de Saint-Maurice sera protégé par la flèche bien intentionnée de Cupidon. L’association organisatrice Littéra-découverte a choisi comme thème central : l’amour. Pour la première fois, le salon se déroulera dans deux lieux différents, décorés pour l’occasion en véritables jardins d’Eden. « Nous voulions rappeler que la lecture est une activité liée à l’intimité, chacun a son jardin secret », explique Dominique Dorsaz, responsable du salon. Les visiteurs déambuleront au milieu d’une fausse rivière, d’un lit ou de flèches de Cupidon. Bref, la Médiathèque et le Centre sportif de Saint-Maurice respireront au rythme de la paix et de l’amour.

Ce thème romantique a conduit quelque 500 enfants de Suisse romande à écrire des récits à propos de leur premier amour, amour d’un doudou pour les plus petits, ou première histoire de cœur pour les plus expérimentés. Le concours d’écriture était ouvert aux enfants de 6 à 15 ans. Parmi les participants, 19 ont été sélectionnés par un jury. Les noms seront dévoilés dimanche 18 avril à 16h30 au Centre sportif. Leur récompense ? Tous ces petits auteurs auront leurs textes publiés en commun dans un livret.

Chaque jour, de 10h à 18h, la manifestation complètement gratuite permettra à petits et grands de participer à des ateliers de fabrication de livres, d’écouter des contes et de rencontrer trois auteurs invités qui présenteront leurs ouvrages ou qui exposeront leurs planches : Emmanuelle Houdart, Laurent Tardy et Frédérick Mansot. Ce dernier sera à découvrir à travers une exposition sur tout son monde illustré. Dédicaces et échanges au programme.

Infos : www.litteradecouverte.com

Abécédaire pour âmes averties

GIF - 27.5 ko
« L’abécédaire de la colère » d’Emmanuelle Houdart. DR

Née à Morgins, Emmanuelle Houdart vit à Paris depuis vingt ans. A Saint-Maurice, la dessinatrice présentera « L’abécédaire de la colère ». Hargneux, violents, tranchés, les dessins ne s’adressent pas à des innocents. Dans une dominante rouge foncé, Emmanuelle Houdart passe en revue les mots liés à la colère : d’« Abdomen », où naît ce sentiment destructeur à « Zygomatiques », muscles qui permettent d’extérioriser la haine par le rire. Les parents qui se disent des gros mots sont illustrés au chapitre « Cris ». Deux personnages disent des mots d’animaux, vomissant un bestiaire effrayant. « Les parents doivent comprendre très tôt qu’il y a des limites à ne pas franchir », écrit l’illustratrice qui a signé les textes accompagnant chaque dessin. « Ils se disputent parfois si fort qu’on ne peut plus faire tranquillement ses devoirs. » En plus de s’attaquer à des préoccupations enfantines sérieuses, Emmanuelle Houdart ne prend pas les têtes blondes pour les anges qu’ils ne sont pas. Donnant des idées, elle leur recommande la culotte à pointes pour repousser les fessées. Malnutrition, maltraitance, tyrannie, elle aborde à travers un simple mot illustré sur une page, chaque élément qui perturbe le déroulement de l’enfance. Aux pères fouettards, elle donne une sévère leçon et leur conseille de faire « une cure de chocolat chaud ».

Une question demeure en refermant cet abécédaire illustré. A partir de quel âge peut-on l’ouvrir ? Les dessins, au style proche du manga avec des tons qui rappellent les estampes japonaises, dégagent une violence sans compromis. Ces illustrations semblent parfaites pour déclencher des cauchemars chez les plus petits… Au parents de juger.

« L’abécédaire de la colère », Emmanuelle Houdart. Ed. Thierry Magnier, 2008.

Faire comme on l’entend

GIF - 53.1 ko
« A la hauteur ! » de Laurent Tardy. DR

Dans un autre style, Laurent Tardy plonge le lecteur dans une ambiance de conte intemporel comme on en raconte aux enfants sages dans les chaleureuses chaumières. Laurent Tardy vit à Vallorcine, en France voisine, près de la frontière valaisanne. A Saint-Maurice, il présentera son livre « A la hauteur ! » dont le message est simple : il ne faut pas écouter les dissuasions des autres lorsqu’on veut mener une quête à bout. Ne pas les écouter, ou ne pas les entendre. L’histoire se passe il y a plus de mille ans, dans un royaume où une tour qui perce les nuages fait l’objet d’un concours lancé par le roi. Le premier qui atteindra le sommet du monument sera nommé chevalier à la cour. La chute du livre vaut le coup de tourner les pages. Tout cela, à travers des phrases rimées. On notera le sens du détail de l’illustrateur qui représente, par exemple, une famille de hérissons curieux de voir ce qui se passe dans le village et qui apparaissent à plusieurs reprises au premier plan. Une bonne histoire permet souvent de transmettre de justes valeurs aux enfants.

« A la hauteur ! », Laurent Tardy. Ed. Bower, 2007.

Répondre à cet article