Charlotte parfois, bientôt disco

mercredi 31 mars 2010, par Cécile Gavlak

Enregistrer au format PDF

Cette année, pour réussir son lundi de Pâques, il suffit de se rendre à 15 heures, à Nendaz. Là, un concert du groupe Charlotte parfois est à déguster en attendant la sortie d’un troisième album qui mijote actuellement sur le feu.

JPEG - 1.5 Mo
Les cinq musiciens de Charlotte parfois se sont unis en 2005. DR

« Bastien n’aime pas les folles, Bastien aime les garçons. » Les cinq compères de Charlotte parfois parlent d’un sujet qu’avant eux Aznavour et Renaud ont empoigné. A chacun son époque et à chacun ses mots. « Bastien », morceau déjà sorti en single, s’avère être un avant-goût du troisième opus de Charlotte Parfois, baptisé « Komödie ». Une comédie assumée en Suisse allemand. Une comédie qui s’annonce musicalement recherchée, textuellement engagée et humoristiquement ironique. « Komödie » sera verni le 11 mai, aux Francomanias de Bulle. Pour patienter, le groupe valaisan s’arrête pour deux concerts dans le canton. Ce lundi 5 avril, c’est à Nendaz qu’ils se produisent.

Dans « Disco », morceau qui ne sera pas sur le nouvel album, les cinq musiciens semblent avoir emprunté au chanteur français Katerine la touche décalée et festive qu’ils avaient déjà bien amorcée. « Mais on ne s’entend pas, c’est beaucoup mieux comme ça » chante Patrick Fellay avec le ton pince-sans-rire qu’on lui connaît. A ses côtés : Olivier Grandjean, Martial Germanier, Nicolas Bourban et Xavier Moillen. L’album devrait être à l’image de cette chanson. Les cinq musiciens continuent de s’échanger les instruments et leurs rôles dans les concerts.

Le dossier de presse du groupe stipule que le projet actuel des cinq artistes est de gagner à l’Euromillion. « Consommable où vous voulez grâce aux nouvelles technologies » est-il encore précisé dans une démo pour l’album sur YouTube. L’humour toujours au premier plan.

L’humour noir et l’ironie, au second. Une des chansons de « Komödie » s’insurge contre la chanson française sur un fond de vocalises percussionnistes. Les mots sont clairs : « Merde à la chanson française, à ces faiseurs de thèses, qu’ils se taisent » raconte le texte en substance. Après les albums « Forever » en 2006 et « Spaghetti » en 2008, les charlots sont attendus par de nombreux fans de Suisse romande.

Concerts : lundi à Nendaz, au Lac de Tracouet dès 15 heures ; vendredi 7 mai, 20h30, Belle Usine de Fully. www.charlotteparfois.ch

Répondre à cet article