Comment dit-on « je t’aime » en espagnol ?

mardi 6 avril 2010, par Cécile Gavlak

Enregistrer au format PDF

Le deuxième album d’Agnès Jaoui valide un volet de sa carrière abouti et assumé. Aux côtés de son quintette aux sons hispanisants, elle emmène l’auditeur dans son pays d’adoption : une terre imaginaire.

JPEG « Comment dit-on je t’aime en espagnol ? » A cette question, la comédienne, scénariste et réalisatrice Agnès Jaoui a répondu par un deuxième album, « Dans mon pays », sorti à la fin de l’année dernière. C’est un disque qui donne envie d’apprendre à parler l’espagnol. Et d’apprendre à chanter. Le morceau d’ouverture « Cuando me faltas tú » débute avec les notes de la lourde contrebasse d’Eric Chalan. Sur la douce mélodie, se greffe la voix profonde d’Agnès Jaoui. Elle s’est entourée des mêmes musiciens que sur le précédent album. Le collectif El Quintet official a cosigné l’album où la comédienne continue son voyage dans un pays qui est devenu le sien. Un voyage dans son intime.

Après « Canta », sorti en 2006, Agnès Jaoui fait plonger encore plus l’auditeur dans les musiques cubaines, portugaises ou espagnoles qui lui sont chères. Il ne s’agit pas là d’un caprice volé à sa renommée de comédienne puisqu’Agnès Jaoui a intégré le conservatoire de chant à l’âge de 17 ans. Vincent Segal assure le violoncelle et la réalisation artistique de l’album. Le guitariste et chanteur cubain Roberto Gonzalez Hurtado accompagne Agnès Jaoui de sa voix dans plusieurs morceaux. Il a signé la piste 5 qu’il chante en duo avec la comédienne : « Amor fantasma ». Le percussionniste Maurice Manancourt est également présent. Et le guitariste argentin Fernando Fiszbein a signé l’arrangement de plusieurs morceaux en plus d’être musicien sur l’album. Agnès Jaoui souligne que les tournées du premier ont nourri le deuxième opus, et cela se sent. C’est bien une aventure collective, où la voix reste un instrument qui se prolonge. Les duos sont nombreux sur cet album où plusieurs chanteurs ont été invités, comme Dimas MD pour « Sur le pont de l’Alma mía », qui mêle les langues française et espagnole. « Comment dit-on je t’aime en espagnol ? » questionne Agnès Jaoui dans ce texte. Déclaration bilingue en guise de réponse.

Les morceaux du disque « Dans mon pays » se concluent souvent par des commentaires de studio ou par des notes d’instruments qui s’accordent. Au milieu de l’album, on entend la voix de la comédienne dans le micro : « Je suis très contente de vous entendre tous ensemble. » Comme une phrase lâchée entre deux morceaux. Il semble que ce soit la marque de fabrique de ce pays musical. Des rires, des paroles spontanées, des accords pour tester l’instrument. « Dans mon pays » fait partie des morceaux en langue française. « Dans mon pays, les enfants son acrobatiques / Les drames ne sont pas dramatiques / Et la dérive est un chemin / La volupté attend » signent Agnès Jaoui et Michel Leclerc dans ce morceau. Une poésie qui reflète la teneur de ce deuxième album. Du fado, du flamenco ou de la samba qu’il est bon de prendre comme un rayon de soleil.

« Dans mon pays », label tôt Ou tard. En tournée cet été. Infos : http://www.totoutard.com

Répondre à cet article