Dans la peau du poète exilé

vendredi 28 octobre 2011, par Marie Parvex

Enregistrer au format PDF

« D’exil en exil » est le récit de la vie de l’un des plus grands poètes turcs du 20e siècle, Nazim Hikmet. Réfugié politique notamment pour son appartenance au parti communiste, sa fuite l’amènera à traverser les paysages suisses que l’on découvre à travers les yeux d’un exilé.

JPEG - 19.1 ko
Mathieu Chardet dans « D’exil en exil ». DR

« D’exil en exil » est le récit de la vie de l’un des plus grands poètes turcs du 20e siècle, Nazim Hikmet. Réfugié politique notamment pour son appartenance au parti communiste, sa fuite l’amènera à traverser les paysages suisses que l’on découvre à travers les yeux d’un exilé. Son œuvre est empreinte de la nostalgie d’une terre qui lui a retiré sa citoyenneté et l’a gardé emprisonner pendant des années.

Une nostalgie que la Cie Ad Hoc (Genève) a choisi de souligner par la présence centrale d’une musique originale composée par la musicienne Ayser Vançin. Le comédien Mathieu Chardet pose sa voix parfois incertaine sur le piano d’Ayser Vançin puis revient à la parole simple dans un aller-retour quasi constant. L’exercice met le comédien dans une situation de fragilité qui donne à voir les failles du personnage. Décor concret, tasse de thé, bougies, gestes quotidiens servent le plus souvent de soutien au jeu pendant les transitions entre les scènes.

Le spectacle a été créé en 2009, date à laquelle la Turquie a réhabilité le poète comme citoyen turc. Mathieu Chardet le souligne après les applaudissements et l’on sent dans sa voix toute la nécessité qu’il y avait pour lui à faire entrer son public dans la peau d’un exilé. Un engagement et une sincérité que l’on sent aussi dans son jeu généreux.

Voyage un peu déconcertant qui a le charme poussiéreux des objets vieillots, d’un autre siècle comme l’œuvre de Nazim Hikmet né en 1901. Les respirations sont rares, elles ne laissent parfois même pas la dernière note du piano finir de s’éteindre. La musique crée l’atmosphère de cette Turquie perdue et rêvée parfois avec une omniprésence qui n’est plus habituelle sur les scènes contemporaines. Et qui donne à voir à quel point le théâtre a changé. Un beau moment.

Répondre à cet article