Directeurs souhaitent faire naître vocations

jeudi 6 septembre 2012, par Sylvain De Marco

Enregistrer au format PDF

Les Halles de Sierre deviennent le nouveau Théâtre Les Halles. Premier rendez-vous de la nouvelle saison le 13 septembre avec la Cie du Crochet à nuages.

Il souffle un vent résolument nouveau aux Halles de Sierre, devenues le Théâtre Les Halles. Depuis mai 2011, les metteurs en scène Alexandre Doublet et Denis Maillefer codirigent l’endroit, et présentent cette semaine une nouvelle saison culturelle, la première entièrement concoctée par le duo. Mais qui, hors sérail, aurait pu prédire la mue physique du formidable outil que le public (re)découvrira dès le 13 septembre ? Tout y semble recréé, ouvert, gorgé des attentes fébriles et de l’enthousiasme qui caractérisent le début des belles aventures ; à l’image de ce magnifique et gigantesque foyer, façon café alternatif, doté d’un bar imposant, qui s’offre le luxe incroyable de remplacer l’une des salles de spectacle, ouvrant un océan de possibles.

JPEG - 275.9 ko
André, spectacle déjanté inspiré de la vie d’un célèbre joueur de tennis, les 7 et 8 mars au Théâtre Les Halles. Photo : Mario del Curto

« C’est la première saison complète sous la direction de Denis Maillefer et Alexandre Doublet, dans ce théâtre qui a été communalisé » précise en guise de préambule le président sierrois François Genoud, « et nous avons beaucoup d’attentes sur les résultats que ça aura sur le public. Les chiffres de la demi-saison passée sont encourageants… » Le politique a fait son œuvre, mentionné un budget conséquent (près d’un million de francs), ses justifications, argumenté clairement l’ancrage local… bref garanti que tout est bien fait sérieusement, dans les respect des efforts considérables consentis par la collectivité, pour le bien commun. Après l’émerveillement de la découverte, quoi de plus salutaire qu’une petite touche de concret – peut-être agrémentée d’un soupçon de mise en garde aux nouveaux maîtres des lieux - avant de laisser aux deux directeurs le plaisir de présenter leurs choix avec les mots des artistes, et rien que ceux-là.

JPEG - 84.4 ko
Dopo la battaglia, un second spectacle de la Compagnie Pippo Delbono, à découvrir le 15 juin. Photo : Lorenzo Porrazzini

La ville souhaitait privilégier la création contemporaine. Le contrat est à l’évidence respecté, ce qui confère au nouveau programme une large part de risque pour les spectateurs, à qui il est souvent demandé la même confiance que celle accordée sans retenue aux artistes par les programmateurs. Denis Maillefer : « Nous avons beaucoup de créations, je dirais huit à huit et demie(…) Il y a trois spectacles tous publics et trois spectacles de danse : nous avions eu une très belle expérience la saison passée avec la venue de Gilles Jobin (…) » Il y aura donc une large place pour la danse contemporaine à Sierre, et Denis Maillefer ose même rêver à voix haute : « Nous pensons que le Théâtre les Halles peut modestement contribuer à faire naître des vocations. » Côté théâtre, pas de quoi rassurer davantage les moins téméraires : « La tendance des créateurs actuels est de travailler sur autre chose qu’une pièce, qu’un texte », surenchérit Denis Meillefer. Et l’on ne trouve en effet que deux vraies pièces de théâtre au programme de la saison, soit Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès (en ouverture de saison, dès le 13 septembre, avec La femme au balcon de Bastien Fournier) et Le ravissement d’Adèle par la Compagnie Pasquier-Rossier. Signalons encore une expérience bilingue à venir en décembre avec Racconti di giugno de la compagnie de l’immense Pippo Delbono… De quoi inciter le public à avancer avec confiance et curiosité à la fois.

Programme complet et détaillé sur www.theatre-les-halles.ch

Répondre à cet article