Le spectacle comme abstraction

jeudi 3 février 2011, par Marie Parvex

Enregistrer au format PDF
JPEG - 162.9 ko
L’espace est tissé de scotch blanc par le plasticien Bruno Michellod…Crédit photo : Richard Chapuis

« Once upon time », il était une fois, un titre ironique par excellence pour un spectacle totalement abstrait. Aux Halles de Sierre cette fin de semaine, les corps sont des pinceaux qui tracent des lignes, des points, donnent des impulsions dans un espace immense et dénudé. Tête, épaule, hanche, pied sont tour à tour les moteurs d’un mouvement qui meurt avant de laisser place aux suivants. En résulte une danse hâchée, précise, virtuose dans la rapidité, créée par la valaisanne Janyce Michellod.

Pas d’émotion volontairement interprétée, pas d’histoire consciemment brodée, pas d’artifices pour la Cie Lastalaïca Productions. Plutôt des danseurs, un plasticien, un musicien et un éclairagiste qui s’interrogent sur eux-mêmes et leurs interactions. Tous les rideaux ont été enlevés pour ne rien cacher. Les coulisses du théâtre sont apparentes et l’immense plateau noir se détache sur le verdâtre du sol et des murs. Personne ne se dissimule en régie pour embellir en douce un corps seul sur scène. L’éclairagiste est sur le plateau en face du musicien qui joue en live. La lenteur et les temps morts de la chorégraphie permettent aux spectateurs de se concentrer sur un effet de lumière ou sur un son, d’en percevoir l’influence sur sa perception, sur l’atmosphère.

On est presque dans un travail didactique qui veut apprendre au spectateur ce qu’il ne perçoit souvent pas faute de connaissance. Le questionnement ne manque pas d’intérêt même s’il n’est pas nouveau mais le résultat est un spectacle difficile, plus intellectuel qu’évocateur. Performance ou création ? On aurait tendance à pencher pour la première. Voilà sans doute le genre de recherche qui aurait mérité d’être suivie d’un moment question-réponse avec les artistes. Pour éclairer l’expérience qui ne manquera pas d’être déroutante.

Images/Stage In Focus 2011/ MnGuex

Répondre à cet article

1 Message

  • Le spectacle comme abstraction 25 octobre 2011 07:29, par Marie

    Un spectacle de danse laisse libre à l"imagination. Chaque spectateurs peut interpréter à sa guise l’évolution des danseurs. Souvent l’abstraction est de rigueur. Ce n’est pas comme un simple spectacle enfants ou tout est réel malgré l’irréel. Ici à partir du moment ou c’est une scène nue, à nous public de se laisser porter par notre esprit. Il faut au moins une fois dans sa vie voir un spectacle de danse.

    Répondre à ce message