Les Halles, nouvelle formule jeune et branchée

mercredi 7 décembre 2011, par Marie Parvex

Enregistrer au format PDF

Les nouveaux directeurs des Halles, Denis Maillefer et Alexandre Doublet, ont présenté leur première saison à la presse mercredi. C’est un passage délicat pour les deux Lausannois qui doivent s’acclimater au terreau valaisan et satisfaire la politique communale qui vient de reprendre la gestion du théâtre après l’éviction brutale de son directeur précédent. Denis Maillefer passe au micro pour une interview volontairement vache !

JPEG - 248 ko
Denis Maillefer et Alexandre Doublet. DR

Les nouveaux directeurs des Halles, Denis Maillefer et Alexandre Doublet, ont présenté leur première saison à la presse mercredi. Ils sont en train de terminer un réaménagement complet des locaux, proposent une saison très contemporaine avec des grands noms de Suisse romande, misent sur une communication très urbaine et cassent les prix.

C’est un passage délicat pour les deux Lausannois qui doivent s’acclimater au terreau valaisan et satisfaire la politique communale qui vient de reprendre la gestion du théâtre après l’éviction brutale de son directeur précédent. Acquérir un public, recréer un réseau de créateurs du coin, tenir le budget souvent trop serré (plusieurs fois augmenté entre leur entrée en fonction et aujourd’hui)… La tâche n’est pas aisée.

Denis Maillefer passe au micro pour une interview volontairement vache !

Votre saison en deux mots :

IMG/mp3/mailfer-saison.mp3

Sur la dizaine de spectacles que vous programmez, trois sont signés Denis Maillefer ou Alexandre Doublet. Est-ce à dire que vous privilégiez votre casquette de metteur en scène à celle de programmateur ?

IMG/mp3/mailfer-misenscene.mp3

Tout vos spectacles sont suisse romands, aucun n’est créé par des Valaisans alors que vous êtes sensés être un centre de création pour le canton. Les Valaisans ne vous inspirent pas ?

IMG/mp3/mailfer-valais.mp3

Vous baissez drastiquement vos tarifs : 21 francs la place et 11 francs pour les spectateurs qui bénéficient de rabais. Comment cela est-il viable financièrement ?

IMG/mp3/mailfer-tarif.mp3

Vous proposez des soirées « Tupperhalles », inspirées des soirées Tupperware, pour faire la promotion du théâtre, des abonnements « Never Alone » qui offrent une place à prix réduit pour la personne qui vous accompagne, des offres pour « Superspectateurs » qui ont pour mission d’inviter au théâtre des gens qui n’y viennent jamais, des affiches au style jeune… La communication fait très jeune urbain branché. N’êtes-vous pas en décalage avec le public valaisan ?

IMG/mp3/mailfer-public.mp3

Programme de la saison :

PDF - 1.4 Mo

Répondre à cet article