Molly remonte à vélo avec l’ôdieuse compagnie

vendredi 18 mars 2011, par Cécile Gavlak

Enregistrer au format PDF

La course à vélo est repartie pour Valérie Bovet après une interruption de tournée de trois mois, causée par une blessure du talon d’Achille en plein spectacle. La comédienne et l’ôdieuse compagnie remontent en selle avec « Molly à vélo », monologue touchant d’humanité écrit par l’auteur belge Geneviève Damas. A voir dès ce soir au Teatro Comico de Sion.

JPEG - 1.6 Mo
Molly à vélo a été écrit par Geneviève Damas en 2002. DR

Ce week-end, la version suisse de « Molly à vélo » enchantera la scène du Teatro Comico des paroles de l’adolescente Molly Savard. Jeune fille de 16 ans, reculée dans le village français de Saint-Péravy-la-Colombe, Molly grandit entre un père autoritaire et patriote à l’extrême, et une mère qui, comme son père d’ailleurs, la verrait bien caissière en supermarché. Seulement voilà, les hasards de la vie mènent Molly vers une carrière de « cyclowoman ». Et c’est l’histoire d’une sportive à la Jeannie Longo que Valérie Bovet nous raconte, par les mots de Geneviève Damas.
Une jeune fille attachante naît du jeu de la comédienne qui se donne à fond sur son vélo. Le vélo est en réalité absent, mais grâce à un décor ingénieux de blocs en bois, disposés en cercle sur le plateau, et que la comédienne fait tourner à la force de ses bras, l’idée de la roue et de l’effort est bien présente. Par sa tenue de cycliste, ses gourdes, ses accessoires, la comédienne nous emmène dans des ambiances de salle de sport, de buvette de village ou de chambre d’adolescente, où Molly partage des moments d’intimité entre rires et larmes, avec sa copine Titine.

L’inventivité au service de la simplicité

A l’image du style, simple mais vrai, de Geneviève Damas, qui évoque par exemple cette « Salope de conne de vie » parfois cruelle, la mise en scène que signe Yann Mercanton est sobre. Capable d’une imagination débordante pour créer des mondes, des décors originaux et des univers toujours plus fous au fil de ses pièces, le metteur en scène a opté, avec « Molly à vélo », pour une certaine simplicité non moins imaginative, avec un décor tournant et à tiroirs. Résultat : le spectateur touché par le monologue sera emporté dans l’univers de Molly pour être ému tour à tour par la compétition, la confrontation avec la mort ou l’excitation des événements qui s’enchaînent. Tout cela grâce au rythme soutenu du jeu et du débit de parole de la comédienne qui offre une réalité prenante à chaque moment de l’histoire, sans s’essouffler.
« J’aimerais que tu joues une femme qui n’a pas besoin de se justifier. Une battante à la fois drôle et tragique ! » avait confié Yann Mercanton à la comédienne Valérie Bovet avant de s’embarquer dans cette nouvelle aventure artistique. Et c’est réussi. Forte et pleine de vie, Molly est un de ces personnages qu’on peut croiser au détour d’une ruelle, dans un village perdu, une personne sans destin, juste quelqu’un de bien, à qui la chance sourit. Un délice théâtral pour se divertir sans s’abrutir.

« Molly à vélo », de Geneviève Damas, par Valérie Bovet, mise en scène Yann Mercanton, au Teatro Comico, à Sion, les 18, 19 et 20 mars, tous les soirs à 20h30, dimanche à 19h. Réservations : 027 321 22 08.
Puis, à voir aussi au Théâtre du Moulin neuf à Aigle, en avril.
www.lodieusecompagnie.com

Répondre à cet article