Poumons en poésie

lundi 22 octobre 2012, par Jérôme Meizoz

Enregistrer au format PDF

Généreuse et fraternelle expérience que Tubatexte au Teatro comico de Sion. Le spectacle revient en janvier !

JPEG - 62.9 ko

Deux compères sur scène : le musicien Stéphane Métrailler va et vient avec un imposant tuba dont les cuivres rutilent sous les projecteurs ; Pierre-André Mihlit, auteur d’un recueil remarqué, « L’Inventaire des lunes » (2010) s’installe et livre ses poèmes « de talus » comme il aime à les appeler. Complicité des deux artistes dans un univers du quotidien et de la rue, populaire et parfois rabelaisien. Mais aussi intimiste soudain, avec quelques mots d’amour lancés sur le comptoir. Rythmés par la voix profonde du tuba, tantôt fanfare, tantôt jazz expérimental, les textes sont âpres, crus, drolatiques, toujours teintés de camaraderie fraternelle. Ils déroulent des structures de listes et d’inventaires, où, dans un jeu surréaliste, on célèbre avec jubilation le bric à brac du monde. Aucune poésie de salon, aucun lyrisme idéaliste, ici, ni prétention à posséder le haut langage. Tout est à hauteur d’homme et sans autre cérémonie que celle qui célèbre l’étonnement toujours renouvelé de la langue et la gourmandise des sons. Milhit aussi ne ménage pas ses poumons, il s’emballe peu à peu comme une bonne locomotive et explore tout l’espace de la voix, de la diction au cri et au chant, dans une mise en scène subtile et discrète de Marine Billon.

Tubatexte, Teatro comico, Sion, sera repris en janvier 2013. A signaler aussi la parution d’un deuxième recueil de P.-A. Milhit, aux éditions d’Autre Part, au printemps 2013, ainsi que son blog poétique : http://signemilhit.blogspot.ch/

Répondre à cet article