Un cri pour rester debout

jeudi 28 avril 2011, par Nicole Mottet

Enregistrer au format PDF

Avec « Stabat Mater Furiosa et Paradis perdus », Heidi Kipfer, comédienne et metteuse en scène, s’interroge sur ce qui nous pousse – en dépit de la barbarie du monde – à chanter encore et toujours la joie, la beauté, l’amour.

JPEG - 838.6 ko
« … J’ai vu mon père tuer l’étranger et traîner son corps dans la neige… » extrait de Stabat Mater Furiosa ©voix-iroise.over-blog.com

Le Stabat Mater, d’ordinaire « doloroso » date du Moyen-Age, compte 22 couplets et raconte, en latin, la passion de la Vierge devant la crucifixion. Avec cette version « Furiosa », Jean-Pierre Simeon nous donne à voir un Stabat Mater où la douleur de Marie cède la place à la colère des femmes devant l ’homme de guerre et la barbarie.
Créé en 1997 sous la forme d’un monologue pour la comédienne Gisèle Torterolo, le texte est ici porté à la scène par 3 comédiennes, Emilie Blaser, Dominique Bourquin et Rita Gay, un comédien, Salvatore Orlando et 2 musiciens, Megumi Tabuchi et Mathias Demoulin. Les compositions originales de ce dernier sont ponctuées de chants traditionnels du sud, mémoire collective de ces femmes dont la fureur, empreinte de dignité, ne bascule jamais dans l’hystérie. Quand la souffrance est trop forte, le cri se fait musique.

L’origine du monde en prologue

Le spectacle s’ouvre sur un prologue, « Paradis perdus ». Heidi Kipfer l’a pensé comme l’origine du monde, le lieu de tous les possibles. Insérant de la musique et des chants baroques dans un conte scandinave, le mythe de androgyne de Platon, le Paradis perdu de John Milton, elle inscrit ses protagonistes dans la quête d’un bonheur que l’on voudrait croire à portée de main. Une illusoire embellie, « une nuit peuplée de visions mystérieuses, les astres vont leur ronde vers l’infini… ». La Compagnie Mezza-Luna présente Le Stabat Mater furiosa et Paradis Perdus : au Théâtre des Halles à Sierre du 28 avril au 1er mai 2011, les jeudi, vendredi et samedi à 20h30 et dimanche à 17h.
www.leshalles-sierre.ch
Le samedi 30 avril, après le spectacle, chants italiens de tradition orale et compositions pour deux voix « d’amants et d’Anarchistes » avec Germana Mastropasqua et Xavier Rebut.
Au Théâtre-Point-Danse à Renens, du 4 au 15 mai , les mercredi et vendredi à 19h, jeudi et samedi à 20h30 et dimanche à 18h. www.theatrepointdanse.ch
Les samedi 14 et dimanche 15 mai, après le spectacle, chants italiens de tradition orale et compositions pour deux voix « d’amants et d’Anarchistes » avec Germana Mastropasqua et Xavier Rebut.

Répondre à cet article