Environnement

Charbon bio : une révolution pour une agriculture durable ?

jeudi 19 novembre 2009, par Hans-Peter Schmidt

Enregistrer au format PDF

Le charbon bio, déjà utilisé voilà des milliers d’années par les peuples d’Amazonie, peut contribuer de manière décisive à la lutte contre le changement climatique et contre la faim dans le monde. Le charbon bio augmente durablement l’activité du sol tout en créant des puits de charbon. Avec l’énergie obtenue lors de sa fabrication, l’ensemble de l’agriculture pourrait devenir climat - positive.

JPEG - 37.2 ko
Exemple de charbon bio utilisé en Amazonie. Crédit photo : Ithaka journal.

Depuis 2008, des premiers essais sont menés à grande échelle dans le vignoble de Mythopia, au-dessus de Saint-Léonard. Différentes formes de charbon bio, de mélanges charbon/compost ainsi que des combinaisons charbon/engrais verts sont étudiées. L’entreprise Delinat SA a mis sur pied un réseau de recherche avec plusieurs instituts et universités afin de faire avancer la recherche fondamentale et de soutenir la réalisation des puits de carbone dans plusieurs exploitations viticoles. Ces derniers permettent de stocker le CO2 et de protéger ainsi le climat tout en nourrissant les sols.

Le charbon bio est obtenu par pyrolyse de matières de base organiques telles que le bois, la paille, le marc de raisin, des branches, mais également le fumier séché, les boues d’épuration ou les déchets de cuisine. La biomasse séchée est chauffée avec exclusion de l’oxygène à 400-800 degrés, ce qui permet de briser les composés organiques à chaîne longue des cellules. C’est ainsi que l’on obtient des gaz de pyrolyse et jusqu’à 40% de charbon bio dont la consistance correspond à celle du charbon de bois.

JPEG - 32.9 ko
La machine qui permet de transformer les matières organiques en charbon bio. Crédit photo : Ithaka journal.

En fonction des plantes cultivées, l’amendement du sol se fait à un niveau de 10 à 120 t de charbon bio par hectare, ce qui permet de fixer l’équivalent de 36 à 440 t de CO2 par hectare. Si les gaz pyrolytiques sont en plus utilisés pour produire de l’électricité, et si le parc de machines agricoles était modifié pour fonctionner à l’électricité, alors l’agriculture deviendrait climat - positive et ne serait plus responsable de 15% des émissions nocives pour le climat.

L’amendement des sols avec du charbon bio est non seulement intéressant du point de vue climatique mais aussi et surtout du point de vue agronomique. Grâce à ce procédé, on obtient des retombées particulièrement positives pour l’activité du sol, pour sa santé ainsi que pour sa capacité de rendement, ce qui laisse percevoir l’une des symbioses les plus porteuses d’avenir entre l’agriculture et la lutte contre le changement climatique.

Cette nouvelle technologie s’inspire d’un procédé découvert en Amazonie dans les années 60. Les anthropologues découvrirent la Terra Preta, une terre noire hautement fertile. Manifestement, les indigènes d’Amazonie carbonisaient du bois dans des meules de charbonnières et introduisaient les charbons dans leurs sols afin d’en augmenter la fertilité. La découverte de la Terra Preta en Amazonie est l’un de ces très rares exemples où les archéologues révèlent une technologie ancestrale susceptible de contribuer de manière significative à résoudre un problème crucial du présent.

Au niveau planétaire nous nous retrouvons plus ou moins dans la même situation que les Amazoniens il y a quelques milliers d’années qui vivaient sur des terres trop maigres pour nourrir une population importante. Les terres agricoles s’appauvrissent, voire dépérissent, en raison des herbicides, des produits phytosanitaires, de la surfertilisation et de l’érosion, il est vital de développer des stratégies combinant la productivité de l’agriculture, la protection du climat et de la nature. L’utilisation de charbon bio, tel qu’il était utilisé à l’époque précolombienne, pourrait devenir la base d’une telle stratégie.

Plus d’info sur Ithaka-journal.net

Ithaka et Valais-mag collaborent et s’échangent des papiers sur des sujets environnementaux. Ithaka-journal.net est une publication en français et en allemand qui traite de vin du terroir, de biodiversité et de préservation du climat. Il offre des publications pointues sur des sujets très novateurs. Valais-mag vous en propose une version courte pour tout public qui alimentera en partie notre rubrique société.

Répondre à cet article